Parfois, le temps s’arrête.

Publié le par pierrôt

Parfois, le temps s’arrête.

Du Charlie des temps anciens ou plus modernes ressurgissent des souvenirs de lectures et d’images. Chroniqueurs, dessinateurs, lecteurs, nous étions tous complices. Nous le sommes encore aujourd’hui, plus que jamais.

Comme un petit poucet, on scrute avec avidité la trace du prochain petit caillou. Celui qui pourrait nous sortir de l’errance et nous ramener quelque part, au chez nous de l’impertinence. Dans ce havre de liberté où l’on pourra encore, en paroles et en images, faire exploser notre colère pour tordre le cou à la déraison, assassiner la bêtise, pourfendre l’intolérance, terrasser l’ignorance. Et surtout, continuer à partager le rire en amitié. Comme dans un rêve d’enfant triomphant, le sourire aux lèvres, de la monstruosité humaine.

Caillou grain de sable, bientôt grain de poussière, s’envole au vent. Au bon vent qui chasse le mauvais, assurément, avec un peu de temps.

8 janvier 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article