« Oh…mon Dieu !... »

Publié le par pierrôt

C'est dans la rubrique quelqu'un l'a dit, mais ce n'est pas une citation. C'est la réponse à une question. Pour une fois on se passera de commentaire, mais il faut donner quelques éléments de contexte. C'était dans un café, un matin, près de la Maison des Sciences de l'Homme (MSH), boulevard Raspail (avant le prochain déluge-déménagement...), dans le café du même nom (merci au patron qui m'a permis de l'emprunter pour le photocopier). Un petit texte posé sur un pilier du bar (et non sur un pilier de bar, c'était pas encore  vraiment l'heure). La réponse d'un étudiant de chimie à une question bonus.

Le commentaire du texte a nourri deux discussions dans l'assistance matinale. Premièrement, est-ce une anecdote véridique ? Vous pourrez en juger après avoir lu le texte, mais je pense que oui. Il serait trop long d'expliquer pourquoi. De toute façon, c'est d'un intérêt secondaire. Même si la question n'a pas été vraiment posée, la réponse est trop belle.

Deuxièmement, faut-il vraiment en conclure à l'existence de Dieu ? Pour les esprits agnostiques que cette conclusion chagrine, on fera remarquer que cette conclusion découle du postulat de base contenu dans la question et selon lequel il pourrait exister un enfer. Donc rien n'est perdu.

Sur ce, bonne lecture...


Voici, donc, la version d'une question « bonus » de chimie posée à l'université de Nanterre. La réponse d'un étudiant a été si loufoque que le professeur l'a partagée avec ses collègues.

Question : l'enfer est-il exothermique (évacue la chaleur) ou endothermique (absorbe la chaleur).

Réponse d'un étudiant

Nous avons besoin de connaître comment varie la masse de l'enfer avec le temps.

Nous avons besoin de connaître à quel taux les âmes entrent et sortent de l'enfer.

Nous pouvons assumer sans risque qu'une fois entrées en enfer, les âmes n'en ressortiront plus. Du coup, aucune âme ne sort.

De même pour le calcul du nombre d'entrées des âmes en enfer, nous devons regarder le fonctionnement des différentes religions.

La plupart des religions affirment que si vous n'êtes pas membre de leur religion, vous irez en enfer. Comme il existe plus d'une religion exprimant cette règle, et comme les gens n'appartiennent pas à plus d'une religion, nous pouvons projeter que toutes les âmes vont en enfer.

Maintenant, regardons la vitesse de changement de volume de l'enfer parce que la Loi de Boyle spécifie que « pour que la pression et la température restent identiques en enfer, le volume de l'enfer doit se dilater proportionnellement à l'entrée des âmes ». Par conséquent, cela donne deux possibilités :

1/ Si l'enfer se dilate à une vitesse moindre que l'entrée des âmes, alors la température et la pression augmenteront indéfiniment jusqu'à ce que l'enfer éclate.
2/ Si l'enfer se dilate à une vitesse supérieure à la vitesse d'entrée des âmes en enfer, alors la température diminuera jusqu'à ce que l'enfer gèle.

Si nous acceptons le postulat de ma camarade Jessica m'ayant affirmé durant ma première année d'étudiant « il gèlera en enfer avant que je couche avec toi », et en tenant compte que j'ai couché avec elle la nuit dernière, alors l'hypothèse doit être vraie. Ainsi, je suis sûr que l'enfer est exothermique et a déjà gelé. Le corollaire de cette théorie, c'est que comme l'enfer est gelé, il n'accepte plus aucune âme et du coup qu'il n'existe plus, laissant seul le paradis, et prouvant l'existence d'un Etre divin, ce qui explique pourquoi, la nuit dernière, Jessica n'arrêtait pas de crier « Oh...mon Dieu !... ».






Publié dans QUELQU’UN L’A DIT

Commenter cet article