Le Suicidé (vaudeville soviétique)

Publié le par pierrôt

Le Suicidé
que l'on pourrait sous-titrer
"On ne meurt qu'une fois...parole de saucisson !"
 

Podsékalnikof est un sans travail dans la jeune URSS de la fin des années 1920. Une nuit, taraudé par la faim, il réveille sa femme en sursaut dans sa quête désespérée d’un saucisson de foie. Dans la conversation confuse qui s’engage, la phrase fatale est lâchée : « on ne peut pas vivre comme ça ». Persuadée que le chômeur va se suicider, toute la communauté de l’immeuble part à sa recherche, non pour le sauver… mais pour faire de lui le martyr de sa cause. Car dans ces années troubles, « ce qu’un vivant peut penser, seul un mort peut le dire ».

Le Suicidé est la deuxième pièce de Nicolaï Erdman, un dramaturge soviétique dont la première pièce, Le Mandat,  avait recueilli un grand succès à Moscou en 1925. Ecrite en 1928, cette seconde pièce fut interdite par la censure stalinienne. Motif : « politiquement fausse et extrêmement réactionnaire ». La pièce restera censurée pendant plus de 50 ans et ne deviendra accessible au public russe qu’en 1987.

Le Suicidé est une pièce à la fois extrêmement drôle et émouvante. Une sorte de tragi-comédie présentée ici sur le texte français d’André Markowicz, le Mozart de la traduction russe. Avec quelques pépites, comme cette réplique révoltée du chômeur Podsékalnikof : « si je suis un homme sans salaire, alors on peut me réguler de gauche comme de droite ? ».  La pièce est aussi servie par une très belle musique de Jean-Marie Sénia et une mise en scène à la fois rigoureuse et souple de Volodia Serre. Enfin, surtout, il y a une formidable bande d’acteurs pour donner vie à tout cela. On ne citera qu’Alexandre Steiger (Podsékalnikof), le fou suicidaire qui mène la danse tout au long de la pièce. A vous de découvrir les autres en allant voir ce « vaudeville soviétique » : une espèce rare !

 

Le Suicidé, au Théâtre 13 (Paris, M° Glacière), jusqu’au 14 décembre 2008. Texte publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article