LA « REFORME » DU SMIC : ACCROCHE-TOI AU PLAFOND, J’ENLEVE LE PLANCHER !

Publié le par pierrôt

Publié dans Siné Hebdo n°2, 17 septembre 2008  

La « réforme » du SMIC :

accroche-toi au plafond, j’enlève le plancher !

pierre concialdi


C’est une histoire de fous, où l’on raconte que pour mieux aider les bas salaires il faut supprimer (« réformer » dans le novlangue libéral) le SMIC. C’est dans un rapport du Conseil d’analyse économique (CAE), un machin où des experts désignés par le gouvernement délivrent la bonne parole. Selon ces experts, le SMIC serait trop élevé. Tout le monde reconnaît que ça ne permet pas de vivre mais c’est « trop élevé ». C’est ça les contraintes économiques, c’est jamais placé au bon endroit. Par exemple, les experts ne disent jamais que les salaires des patrons sont trop élevés ; ils s’alarment du coût du travail mais jamais du coût du capital.

Bon, revenons au SMIC. L’idée de base d’un salaire minimum c’est de garantir aux salariés qu’ils auront au moins une partie (un minimum) de ce qu’ils produisent. Aujourd’hui, en moyenne, un travailleur rapporte plus de 6000 € par mois à son patron (c’est la valeur marchande de ce qu’il produit). Le coût d’un smicard pour l’employeur représente moins du quart de cette valeur et le salarié en reçoit, en net, moins d’un sixième. C’est peu. C’est même très peu. Pour tout dire, depuis la création du SMIC en 1970, ça n’a jamais été aussi peu. Pourtant, à l’époque, on avait mis en place un mécanisme pour augmenter automatiquement le salaire minimum quand les salariés produisent plus, pour l’indexer sur la croissance. D’où le nom de salaire minimum « de croissance ». Malgré tout, la valeur relative du SMIC a baissé.

 

Avant le SMIC, il y avait le SMIG (le salaire minimum garanti) qui n’était pas indexé sur la croissance. Si bien que depuis sa création en 1950, il avait régulièrement dégringolé. Et pourtant, en proportion de ce que produisaient les salariés, c’était bien plus qu’aujourd’hui. Sauf dans les 3 ou 4 années qui ont précédé l’explosion sociale de mai 68. Cette année-là, les accords de Grenelle (les vrais) avaient augmenté le SMIG de 35%. Aujourd’hui non plus, ce ne serait pas du luxe.

Le texte à télécharger en format word:  SINECO2-Le-SMIC-.doc SINECO2-Le-SMIC-.doc
Un article du blog avec un peu plus de détails pour ceux que ça intéresse:   Le SMIC est-il trop élevé ?
 

Publié dans SINéCO

Commenter cet article