Retour sur une Supercherie Annoncée : Ce que le RSA veut dire

Publié le par pierrôt


Après le salaire minimum, le revenu minimum, enfin ce qu'il en reste encore..

Publié dans Siné Hebdo n°3, du 24 septembre 2008  

Retour sur une Supercherie Annoncée :

Ce que le RSA veut dire


Les acronymes, on les retient mais on finit par ne plus savoir ce que ça veut dire. Exemple avec le RSA, le bidule que Martin Hirsch piaffe de mettre en place depuis son rapport remis en 2005 à un gouvernement de droite (eh oui, déjà, à l'époque...).

Le RSA devrait permettre aux pauvres de s'en sortir en travaillant. L'important, ce doit être de travailler. Car pour sortir de la pauvreté, le compte n'y est certainement pas pour les parents isolés (un quart des Rmistes), même avec un boulot à temps complet. Les personnes seules (environ 60% des Rmistes) devraient travailler à temps complet pour s'en sortir tout juste. Problème : les temps partiels se multiplient et le RSA n'y change rien. Bref, avec le RSA on sera un peu plus « riche » en travail, mais on restera pauvre en revenu : on sera « Riche » Sans Artiche, ça fait sans doute plus chic.

Le RSA divise les salariés : d'un côté, ceux qui peuvent vivre de leur salaire et, de l'autre...tous les autres. Contrairement à ce que dit Xavier Bertrand, le RSA ne supprime pas l'assistance : il l'étend à une large couche de salariés à bas salaire ! C'est le contraire de la solidarité. C'est un dispositif qui désigne une catégorie de salariés à part, une Réserve de Salariés Affaiblis (la RSA) auxquels on distribue des miettes d'emploi. C'est fait pour mettre davantage les chômeurs sous pression afin de concurrencer les autres salariés.

Tout cela pour le plus grand profit des patrons. Avec la garantie d'un complément de revenu fourni par l'Etat, plus besoin en effet d'augmenter les salaires. Avec le RSA, c'est la garantie d'un Revenu Salarial Abaissé. L'idée avait été suggérée en mars 1998, dans un entretien au journal La Tribune, par un certain Seillière, alors président de l'ex-CNPF. Pour financer les emplois, disait le patron des patrons, les entreprises paieraient « à hauteur de ce que peuvent payer les clients » et l'Etat pourrait, le cas échéant, compléter ce salaire par « un revenu de solidarité ». Mince, il manque une lettre...revenu de solidarité active, bien sûr, RSA !

CQFD ?


L'article en format word: SINECO3-RSA-.doc SINECO3-RSA-.doc 


Publié dans SINéCO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

skoual 05/05/2010 02:12


bien d'accord avec votre article ce RSA et une belle arnaque bien camouflé,ceux qui percevrons le RSA seront des travailleurs pauvre + pauvre, il y a plus a y perdre qu'a y gagnez ...sa arrange les
patrons et l’état, le RSA a d'abord était conçue pour sanctionner les pauvres famille qui touche une misère... quelques euro, une fortune et supprimé discrètement au passage quelque aide
sociale

c'est familles déjà dans la tourmente n'avez pas besoin
de répression venant s'ajouter a leur soucie, mais c'est la France d'aujourd'hui

première convocation au ccas et assortie d'une menace de suppression du RSA

2 eme convocation a pole emploie et assortie d'une menace
de coupure du RSA

la vie de celui qui travaillera d’un petit contra imposé car il s’agit de sa ! percevra le RSA, sera toujours assortie de menaces, l'esclavage n'est pas abolie en France elle et en pleine
expansion


Pour ceux qui croient que sais facile allez faire un tour a pole emploie, ils n’ont pas de solution
A vous proposez, Alors ont vous fait tournez bourrique, en vous faisant faire des ateliers écriture pour un CV Qui n’est jamais parfait et qui ne sera jamais parfait c’est une obsession chez eux le
CV,
Au final sa ce solde toujours par la radiation pour un oui ou pour un non ….ça promets bien des malheurs

Non le problème ce sont les barrières pour accéder a l’emploie vous avez beau avoir 20.000 offres d’emploie il y aura toujours 50.000 barrières,quand ils aurons compris sa et ça n’est pas demain la
veille ..sa ira mieux (a moins que cela soin voulu )


j’ai entendue l’autre jour a la télévision (source ècapital M6)
Qu’en France on ne trouve pas de graphiste (ou plutôt trop chère a payez en France mais sa! ils ne le disent pas ) Et bien les patrons français vont en Tunisie non seulement recruté des futures
graphistes
Mais aussi assortie d’une formation gratuite tous frais payez,pour info Un graphiste tunisien sera payez au final moins de 400 euros/m ben oui tous s’explique

Des exemple comme celui-ci il y en a pleins c’est le system qui et a revoir


Après avoir crue au mensonge,ben oui moi aussi je me suis fait avoir !je ne suis pas le seul je pense ?
En 2012 j’irais voté pour viré ce président qui n’a rien compris au problèmes
ainsi ils saura ce que sais d’être viré


Sociéty 28/03/2009 18:51

Sachez Monsieur que la supercherie dont vous parlez arrange la situation de pas mal de malheureux sans veritables emplois. Cessez vos commentaires quand vous ne savez pas ce qu'est d'etre sans travail et sans la securité par l'emploi.Le RSA peut rassurer un public fragile sans grand espoir d'amelioration par un travail:
les chomeurs de longue duree les femmes seules
les jeunes au seuil du monde du travail de plus en plus fermé et de ces discriminés à l'embauche! Ce public là Monsieur s'en fiche de la "supercherie" si cette derniere peut le laisser vivre sa pauvreté sans l'épée de Damoclès : la menace perpetuelle qui rôde autour de ceux qui n'ont pas la chance d'être mieux servis par la vie !